Ricardo Valpincia

Ricardo F. Nuñez, Propriétaire.
BODEGAS VALPINCIA SL.
@Bod_Valpincia, TWITTER.
Nombre de barriques: Entre 900 et 1000

Ricardo Valpincia

Comment êtes-vous arrivé dans le monde du vin ?

Je suis né en Argentine. Mes grands-parents étaient galiciens et ont travaillé très jeunes à Penafiel, sur les rives du Duero, avant de partir à la recherche d’une vie meilleure en Argentine. Ils y sont devenus viticulteurs et producteurs et toutes nos Bodegas portent la même histoire.

Nous avons promis à notre grand père de retourner un jour sur ses terres natales. Nous sommes revenus en Espagne afin d’y appliquer le savoir-faire qu’il nous avait transmis bien que l’époque soit différente. Nous avons l’Argentine dans le sang. La chanson « Le Grand-Père » du poète et chanteur argentin Alberto Cortes (qui vit lui aussi en Espagne) résume assez bien notre histoire : notre grand-père c’est notre inspiration, et nous continuons de faire vivre et de développer l’héritage qu’il nous a transmis en faisant du vin comme il nous l’a enseigné.

Cette histoire c’est mon héritage. C’est grâce à l’amour de mes parents et de mes grands-parents, à leur passion pour la terre et pour la vigne que je suis arrivé dans le monde du vin.

Vous rappelez-vous de votre tout premier contact avec le vin ?

Évidemment ! Dans les festivités d’une récolte, qu’elle soit bonne ou mauvaise, il y a toujours de l’espoir et depuis que je suis né, j’attends de le prouver. Avec mes amis d’enfance nous avions l’habitude de récupérer des gourdes de peau (zahato) remplies de vin. Nous étions curieux et aimions découvrir les parfums et les saveurs du raisin. J’ai le souvenir que dans ces moment-là, nous revenait en mémoire les parfums de la vigne, de l’égrappage, la saveur du premier jus de raisin sans alcool, le bouquet des fermentations, l’odeur du chai et du bois des tonneaux. Encore aujourd’hui je me souviens de ce moment unique où toutes ces saveurs me revenaient en mémoire. Je n’ai jamais pu dépasser une telle émotion. J’ai dégusté de nombreux vins mais je me souviendrais toujours du premier et je garde l’espoir de ressentir autant d’émotion pour le dernier. Cependant, lors de ma première dégustation, je n’avais qu’une dizaine d’années. Le jour de mes onze ans, mon père m’a invité à goûter avec lui un demi-verre de chaque vendange.

Y a-t-il quelque chose de particulier que vous aimeriez nous dire au sujet de votre propriété, vos cuvées… ?

Nous produisons des vins de qualité grâce à nos terres et nos vignes que nous aimons. Nous ne cédons pas sur la qualité.

Nous venons d’une génération de producteurs ludiques et rêveurs. Nous faisons partie d’une nouvelle génération qui a cette immense capacité d’obtenir le meilleur du raisin pour produire de très bons vins. Nous avons une équipe technique d’agronomes et œnologues internationaux. Certains d’entre eux, comme Roberto Cipresso sont reconnus pour leurs vins presque parfaits (99 points).

Nous sommes très heureux et fiers qu’un de nos Malbec argentins a reçu récemment 95 points par Decanter).

Cette équipe de jeunes spécialistes privilégie la réflexion sur le vin en abordant des thèmes tels que le futur du vin, et comment sera le futur monde du vin.

Tout cela est entre leurs mains. Nos terres de la vallée d’Uco (Mendoza)culminent entre 1100 et 1300 mètres d’altitude. Ici, en rivage du Duero, nous sommes entre 600 et 900 mètres d’altitude et notre bodega se situe aux pieds de Château de Penafiel. Dans une certaine partie du monde nous produisons du Malbec et, dans une autre partie du Tempranillo. Nous tirons le meilleur des raisins en insistant sur la qualité. Chaque jours, nous désirons un meilleur vin, c’est pourquoi nous sommes aussi exigeants au moment de la mise en barrique. Imaginer la meilleure façon de « penser » le vin, c’est chercher toujours la meilleure terre, avec la vigne la plus pure et la barrique qui nous correspond le plus.

Comment avez-vous entendu parler de H&A ?

Nous sommes très exigeants sur le choix de nos barriques et du bois. Pour nous, il était difficile de réunir une palette aussi complète de barriques de différentes origines, années et tonneliers en une seule fois. Notre œnologue espagnol qui a la même philosophie d’exigence s’est retrouvé face à une « Bibliothèque universelle des barriques » et nous avions besoin de barriques vraiment différentes.

Nous avons entendu dire qu’H&A savait fournir des barriques d’occasion en proposant une large palette d’origines, de tonneliers, d’années de fabrication, de volumes…Ce fut une véritable découverte. H&A nous a fourni dans des délais très brefs une série de barriques « signées » par Cipresso. Cela aurait été beaucoup plus long si nous étions passés par un autre mode d’approvisionnement.

Qu’est-ce que vous appréciez chez H&A ?

De bonnes pratiques professionnelles, d’excellents services de recherche, la transparence de leurs offres et des propositions financières intelligentes. Ils portent une grande attention aux opérations, avec une mentalité ouverte aux exigences les plus spéciales. Nous connaissons leurs processus de reprises et les contrôles qu’ils effectuent sur les barriques dans leur entrepôt où sont traitées les commandes. H&A est arrivé à un moment opportun, ils nous libèrent du temps pour penser à nos vins.

Comment décririez-vous votre relation avec H&A?

Une bonne relation ou nous dialoguons pour chaque opération. (Je pense que la concurrence sur le marché où H&A se trouve doit être difficile car ils sont très professionnels).

Dernièrement, j’ai pu suivre un échange de mail entre le directeur de H&A et un œnologue et j’ai pu constater qu’ils sont très sensibles à la relation qu’ils entretiennent avec leurs clients. C’est de cette manière que l’on gère intelligemment une relation commerciale. C’est une entreprise intelligente avec des personnes intelligentes.