Lancement du premier vin avec le smiley
Marketing

Lancement du premier vin avec le smiley

COMMERCE / ECONOMIE | CONJONCTURE | MARKETING | DISTRIBUTION | OENOTOURISME

Ciblant les millenials

Lancement du premier vin avec le smiley

Jeudi 13 février 2020 par Alexandre Abellan

Lire plus tard Commenter Imprimer Envoyer

Avec le sourire, Mathias Icard présente sur Vinexpo Paris deux rouges (un cabernet sauvignon et un merlot), deux blancs (chardonnay et sauvignon blanc) et un rosé. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)

Bénéficiant de la licence mondiale Smiley®, un négoce bordelais met en marché la première gamme affichant le célèbre émoticône pour séduire de nouveaux consommateurs avec une approche simplifiée.

A LIRE AUSSI

A voir au Sitevi

Les étiquettes bio-sourcées, c'est tendance

Packaging verdi

Ruinart habille ses bouteilles d'une seconde peau durable

« C’est simple, c’est joyeux, c’est flashy » résume Mathias Icard, le responsable commercial du négoce Icard Châteaux et Vignobles. Sur le salon Vinexpo Paris, le négociant bordelais lance cinq cuvées déclinant sur leur étiquette un smiley. Ou plutôt le Smiley®, celui déposé en 1971 par un français, Franklin Loufrani, et géré par une société anglaise, the Smiley Company. Après deux ans de négociations et un ticket d’entrée, Mathias Icard a obtenu une exclusivité mondiale de trois ans pour l’usage du smiley sur ses étiquettes de vins avec un versement de royalties.

Visant le grand export, la gamme présentée sort du lot avec son étiquette vive, en résine et en relief, une capsule et un bouchon frappés du smiley, une forme de bouteille arrondie, entre Bourgogne et Champagne. Revendiqués en vin de France, les cinq cuvées 2019 présentent une grille de lecture simplifiée : le cépage, l’origine France et le smiley. « Le but, c’est d’attirer les millenials qui consomment des bières et cocktails, de les faire venir au monde du vin français pour les diriger ensuite vers les Bordeaux » souligne Mathias Icard.

"Ne pas compliquer la lecture"

Pour se faire, le négociant a préféré déclasser ses vins. A l’origine, les deux blancs sont produits en l’IGP Côte de Gascogne, les deux rouges et le rosé en AOP Bordeaux.  « Je fais en sorte que le consommateur soit à l’aise avec le vin, pour ne pas compliquer sa lecture avec des notions d’AOC et d’IGP » explique Mathias Icard.

200 000 cols

Avec 200 000 cols visés la première année de commercialisation, cette gamme affiche un prix départ cave de 4-5 euros (pour un prix de vente au consommateur de 15-20 dollars).